Le multiculturalisme

(à la hâte…)

Hier je mettais enLigne une présentation spectaculaire. Aujourd’hui, le ton est moins extravagant, mais le message important. Karim H. Karim, Directeur du School of Communication and Journalism at Carleton University. Un podcast de la série IDEAS de la CBC.

1) l’exposé démarre lentement (la métaphore de l’éléphant est usée) mais progresse de façon méthodique et remarquable.

2) je partage entièrement l’observation que Karim fait en terminant son exposé (i.e. les diasporas peuvent garder un contact nettement plus étroit que ce n’était le cas il y a 3 générations, avec des impacts qui ne sont pas condidérés explicitement

3) je partage aussi complètement sa réponse à la première question (des professionnels responsables doivent apprendre à apprécier les différences et à reconnaître les points communs.

Et de nombreux autres éléments importants. (en particulier la différence qui existe entre les modèles canadiens (salade), américain (melting pot), britannique (intégration négligente) et française (assimilation dans un modèle unique. Et crois, comme lui, que notre modèle est supérieur. Mais que des défis (évidents) pointent à l’horizon.

Autre point. Rosling présente un message tout aussi important, quoique différent. J’ai l’impression que l’extravagance peut nuire à la compréhension. Mais peut aussi réfléter mes goûts personnels

en flux ou à télécharger

Publicités

L’impossible est possible — et le pouvoir des blogs

Cet après-midi, problème avec le beta de présentation de Google. De fil en aiguille je suis tombé sur cette présentation (un blog parle de google presentation, dit que l’application n’est probablement pas à la hauteur et pointe sur un classique de Kawasaki — la règle du 10-20-30, lequel pointe sur un blog spécialisé en présentations, lequel pointe sur cette incroyable présentation de Hans Rosling)

Il faut écouter la présentation. Il y a ce logiciel fantastique qui permet de voir la réalité avec des yeux frais. Il y a l’argument de base qui parle de développement économique et du fait que ce qui semble a priori peu probable est en fait relativement plausible. Et il y a la finale, invraisemblable.

À voir ABSOLUMENT.

Et je note en passant que toute l’information est relayée par des blogs. Requête lancée sur un moteur de recherche, matériel offert par un site spécialisé. Mais entièrement relayé par des blogs.


Un marché noir dans le secteur de la santé

Dans le cours de Marketing Responsable, nous parlerons du marché pour les organes de remplacement (devrait-on autoriser l’achat/la vente d’organes humains). Si l’idée répugne, elle est peut-être préférable à l’existence d’un marché noir.

Par hasard je suis tombé sur un podcast de la CBC qui parle du phénomène des files d’attente dans le secteur de la santé. Préparé par un médecin, l’émission explique comment les gens font pour ne pas attendre. De toute évidence les contacts personnels jouent pour beaucoup.

Ce qu’il faut retenir, je suppose, c’est qu’en dépit de la réglementation (au Canada la santé est un bien public et gratuit, il n’y a pas de marché permettant d’offrir de l’argent pour obtenir un service — sauf exceptions qui se multiplient) un marché se crée. La monnaie d’échange est le capital humain que quelqu’un accumule par ses contacts personnels.

Podcast en flux ou à télécharger


Blogs et polarisation

David Wessel est chef de pupitre à Washington pour le Wall Street Journal. Dans un podcast préparé par l’Université Yale, Wessel parle de l’évolution des média, en terme de leur façon de traiter l’information.

Il ouvre son allocution sur quelques commentaires humoristiques, incluant le fait qu’en 1984 le WSJ utilisait encore des machines à écrires parce que l’éditeur ne voulait pas faire le saut vers les ordinateurs de bureaux tant que la technologie ne se serait pas stabilisée…

Son allocution concerne principalement le traitement que les média font de l’information. Wessel observe (très justement) que les média se polarisent. Ce qui est intéressant est qu’il observe que les média étaient polarisés au début du 20ième siècle et que l’idéal d’un traitement équilibré et juste de l’information est apparu plus tard, vraisemblablement pour des raisons d’ordre économique. Et que ces mêmes forces agissent aujourd’hui, à nouveau, dans le sens de la polarisation. L’idée de base est que le lecteur est maintenant en position de lire les média qui reflètent ses convictions personnelles. Comme il est économiquement viable de produire plusieurs média, la fragmentation des auditoires ne s’opère pas seulement sur des variables d’intérêt général (ex: canal histoire, canal sci-fi, canal bricolage, canal enfants) mais aussi sur le spectre politique, ou plus généralement, sur le côté de la médaille qui colle à votre interprétation de la réalité.

Quelques chiffres intéressants sur l’économique du WSJ.

Un podcast que j’ai écouté avec plaisir plus d’une fois, en flux ou à télécharger.


Stephen Levitt — Spécialiste du freakonomics

Steven D. Levitt est un économiste (célèbre) de la très sérieuse université de Chicago. Célèbre pour avoir popularisé le terme "freakonomics", ou la science économique du bizarre.

Il a un blog, évidemment. Une entrée intéressante sur la distribution de la musique ici. (Ceux qui se souviennent de l’épisode de Plant, le livre vendu au chapitre par Stephen King, ne seront pas très optimistes).

Excellent podcast, en flux ou à télécharger. Hilarant et profond à la fois.


Intracom 2007 – internet mobile

Je présentais cet après-midi à l’Intracom 2007, sur le thème de l’Internet mobile. Mes transparents sont disponibles ici.


Cartes de crédit et mobiles

Plusieurs indicateurs pointent dans la direction de changements rapides et massifs dans l’industrie de la téléphonie mobile. Une des innovations les plus significatives pourrait être l’arrivée de téléphones fonctionnant comme des cartes de crédit. Voir le lien ci-dessous pour en lire un peu plus. Mais l’idée est que le téléphone peut agir comme un périphérique de proximité — un capteur permet de recevoir l’intention de paiement exprimée par l’utilisateur.

Outre l’expérience de McDonald’s au Japon (déploiement prévu pour octobre 2007) l’initiative la plus intéressante est probablement celle de Brit Railways où le paiement des transits pourra se faire de cette manière.

Si le paiement de burgers par mobile peut amuser, l’utilisation du mobile en train par contre montre la voie des changements majeurs. Consultation des horaires, itinéraires, réservations, communication en transit — autant de gestes qui s’accomplissent mieux par mobile que par ordinateur ou papier.

Je rêve du jour où le transport en commun permettra cette modalité ici. Tellement ennuyeux que de se mettre en chasse pour trouver tickets ou monnaie. Lent à l’embarquement…

J’ajoute un extrait de podcast tiré de l’hebdo The Economist. On y parle de monnaie électronique. Si vous suivez l’actualité, vous avez peut-être lu que cette publication est à élaborer une stratégie électronique. J’y reviens quand je trouve le temps.

Link: This mobile doubles as a credit card – Mobiles & Handhelds – Connectivity.

Paying for a purchase would be as simple as swiping the phone over a sensor, which communicates with a small computer chip embedded in the phone